Centre de Méditation
Kadampa France

Floriane : « J’ai commencé par une retraite sur la colère, ça m’a vraiment changé ma vision des choses, ça m’a complètement apaisé ! »

janvier 2019 | Séjour de bénévolat

Quand et comment as-tu découvert le CMK ?

Je l’ai découvert il y a trois ans, en allant sur internet, en cherchant un endroit pour faire une retraite spirituelle. J’étais déjà intéressée par tout ça parce que ma grand-mère était bouddhiste. J’avais aussi lu un livre bouddhiste.

Qu’est-ce que tu es venue chercher au CMK ?

Je cherchais un endroit pour pouvoir me reposer et en même temps, comme j’aimais bien cette culture, je me suis dit pourquoi pas.

J’ai commencé par une retraite sur la colère, ça m’a vraiment changé ma vision des choses, ça m’a complètement apaisé ! J’avais fait trois semaines, j’avais d’abord fait cette retraite avec Guèn Eupamé puis j’étais restée un peu après en séjour découverte. J’ai apprécié l’humour de l’enseignant sur ce sujet, son autodérision, c’était vraiment sympa.

Tu as dit tout à l’heure que tu connaissais déjà un peu le bouddhisme. Ces enseignements t’ont permis d’en apprendre davantage ?

Oui, j’ai découvert qu’on pensait tous un peu la même chose. C’était rassurant de voir que finalement, on avait tous les mêmes sources de colère ou de mal-être, ça créait une sorte d’unité avec le groupe. Il y a beaucoup d’écoute entre retraitants et avec l’enseignant et ça permet de trouver des solutions.

Tu as constaté des changements dans ta vie quotidienne ?

Oui, j’essaie d’appliquer les enseignements au quotidien. Tout ce que j’ai appris sur la colère, je le mets en pratique souvent et ma famille voit vraiment la différence en quelques années ! C’est motivant, ça m’encourage à continuer !

Entraide

Depuis tu as fait de l’entraide, qu’est-ce que ça t’a apporté ?

C’est différent parce qu’on est plus impliqué dans le fonctionnement du centre, on se sent plus chez nous, plus concerné et ça c’est agréable, on crée des liens avec les autres bénévoles. Moi qui ne peux pas travailler, ça me donne la possibilité ici de travailler utile. Souvent dans le travail, on a des moments où on se sent inutile. Ici, je peux me sentir utile parce que j’aide la communauté.

Est-ce que tu as eu des surprises par rapport à ce que tu pouvais en attendre au départ ?

Non, pas de mauvaise en tous cas. Ce que je trouve agréable en tant que bénévole, c’est qu’on peut choisir de travailler seule ou à plusieurs, qu’on peut adapter nos tâches et nos horaires en fonction de nos conditions physiques du jour, en fonction de ce qu’on se sent capable de faire et du coup c’est hyper agréable.

Enseignements

Est-ce qu’un enseignement en particulier t’a marqué ou aidé ?

Mon gros déclencheur, c’était l’enseignement sur la colère ! Les retraites sur la mort et sur l’attachement m’ont aidé mais vraiment, c’est la retraite sur la colère qui m’a le plus apporté, peut-être parce que c’était la première, ou peut-être parce que c’est ce qui est le plus important pour moi.

Conclusion

Quels sont tes projets spirituels ?

J’ai fait une demande pour être résidente ici à partir du mois de janvier pour pouvoir aller à plus d’enseignements.

Un mot pour conclure ?

Merci, un énorme merci au centre !

À lire aussi…

« J’ai enfin trouvé un lieu calme pour méditer »

Damien, résident depuis janvier 2017. Comment as-tu découvert le CMK ? Par internet, je cherchais un centre bouddhiste pour pratiquer et étudier. Mon but, c’était de développer un esprit de foi et je recherchais un maître spirituel. Avant, je pratiquais la...

lire plus
Lucie, venue en retraite depuis le Québec

Lucie, venue en retraite depuis le Québec

Lucie est une étudiante du Centre Toushita à Québec. C’est la première fois qu’elle vient au CMK France dans le cadre de la retraite guidée par Kelsang Lhoundroub et entend bien revenir l’année prochaine.Lucie est une étudiante du Centre Toushita à Québec. C’est la...

lire plus